_    selarl au capital de 5000 € - RCS La Rochelle 482 575 578    _   Inscrit tableau des architectes national S10269    _    adhérent MAF 255338     _

© 2005 by Anne Claire PÂRIS   ///   Architecte DPLG.   ///   NOMADE_Terre et Eau_   /// mail@anneclaireparisarchitecte.com   ///   09 52 84 06 61

BIOclimatisme

La conception BIOclimatique a pour objectif principal d'obtenir des conditions de vie, confort d'ambiance, adéquats et agréables (températures, taux d'humidité, salubrité, luminosité, etc.) de manière la plus naturelle possible, en utilisant avant tout des moyens architecturaux, les énergies renouvelables disponibles sur le site (énergie solairegéothermieéolienne, et plus rarement l'eau), et en utilisant le moins possible les moyens techniques mécanisés et le moins d'énergies extérieures au site (généralement polluantes et non renouvelables), tel que les énergies fossiles ou l'électricité, produits et apportés de loin à grands frais.

Les concepteurs d'architectures bioclimatiques, plutôt que de considérer l'environnement comme étant hostile au confort de l'être humain, le considèrent comme la source potentielle de son confort, et recherchent une symbiose de manière à le préserver pour les générations futures. Ainsi dans la pratique, la conception bioclimatique est accompagnée de réflexions et de démarches plus larges sur le respect de l’environnement et de la biosphère, et a donc une dimension écologique et s'inscrit dans les principes du développement durable.

source Déifinition WIKIPEDIA

Une maison BIOclimatique utilise les ressources de son environnement, pour plusieurs objectifs:

  • diminuer, voire supprimer, sa consommation d'énergie,

  • minimiser son impact sur l'environnement,

  • se sentir confortable sans gaspiller!

Le principe consiste en :

  • choisir au mieux le terrain (soleil, vent, vue, topographie...)

  • tirer un profit maximal du soleil  en hiver, et au contraire s'en protéger en été. Le confort thermique est en effet au cœur du concept de maison bioclimatique. 

  • se protéger au maximum du vent, par des haies, des remblais, un appentis adossé à la maison côté au vent, ou tout simplement à cause de la forme de la maison),

  • minimiser les ouvertures au nord,

  • Optimiser une isolation continue (meilleure enveloppe possible, haute résistance thermique, suppression des ponts thermiques..),

  • utiliser des matériaux qui ont une bonne inertie thermique

  • tirer parti du gisement naturel du site (chaleur de la terre, eau, végétation...)

  • créer un bon confort intérieur avec bonne qualité de l'air.


La maison bioclimatique, c'est une conception globale intelligente, mais c'est aussi un tas d'astuces, qui, réunies ensemble,  garantissent un résultat optimal :

Avant l'âge des combustibles fossiles et de la révolution Industrielle, les hommes dépendaient du feu, du soleil, du vent, de l'eau, des animaux et d'eux même pour effectuer leurs travaux... les choses se faisaient. Avec l'arrivée du pétrole et de ses dérivés, du moteur à vapeur, de l’électricité et du reste, les gens profitèrent aussitôt de ces moyens nouveaux mis à leur disposition. Ils réalisèrent beaucoup beaucoup plus de travaux, et ils n'imaginaient pas de fin à ces possibilités relativement bon marché. 

Les combustibles fossiles, dérivées lointains de l’énergie solaire servirent à chauffer les maisons, à alimenter les automobiles, a allumer les les cigarettes et même à fabriquer de l’orbe solaire!

Les gens vécurent dans l'oubli des choses: ils ignoraient ce qu'eux même pouvaient faire, et ce que la nature pouvait faire pour eux. ils s'efforçaient de s'isoler des forces naturelles laissant aux machines et aux carburants le soin d'en faire le plus possible à leur place.... Ainsi de nombreuses choses tombèrent dans l'oubli.

Au bout d'un certain temps, l'environnement naturel devint trop pollué et malsain pour la vie, à la suite des effets secondaires de ces nouvelles formes de travail. L'approvisionnement en combustible, qui paraissait inépuisable, devint plus limité.... Et on commença alors à en voir la fin. il fallait produire de plus en plus d'effort pour acheter de moins en moins de pétrole. On trouvait soudain trop cher de conduire des voitures, d'allumer des cigarettes, de prendre des douches: on ne tolérait plus l'orgie énergétique.

Alors les gens commencèrent à rechercher autour d'eux ce qu'ils pourraient bien faire. Et, à leur grande surprise, certaines choses simples et économiques se révélèrent possibles; sans le secours des vieilles machines et des anciens combustibles.

Car, même s'il est exact que l'homme ait été détourné et séduit par une servante ambitieuse et experte, il avait profité de l'occasion pour s'initier à quelques petites nouveautés: la science lui avait fait découvrir les propriétés étonnantes du monde physique, l'industrie d'était développée, des matériaux et des dispositifs merveilleux s'étaient créés, et la vision du monde s'était élargie.

Les hommes étaient prêts à accueillir l'AGE SOLAIRE.

De plus en plus, il semble stupide et lourdement inefficace de brûler du fuel, source de pollution, à des températures dépassant 500°C pour produire de électricité et d'envoyer ensuite celle-ci à des centaines de kilomètres pour chauffer de l'eau à 60°C, tout cela, pour une simple douche chaude à environ 38°C.

[...]

Mais il est difficile pour certains de changer vite: ils continuent à aimer leurs vieilles machines, les bruits et les odeurs qu'elles produisent. Ces personnes doivent payer toujours plus pour recevoir moins. Elles consacrent une part de plus en plus grande de leurs heures de veille aux machines à combustibles fossile.

Quelques unes aiment au contraire utiliser les méthodes naturelles et se réjouissent de payer moins pour recevoir plus. Elles découvrent bientôt les nombreuses possibilités de ces autres techniques: par exemple, prendre un bain de soleil, faire pousser des aliments, sécher des récoltes, distiller des liquides, faire la cuisine, pomper l'eau, produire de l’électricité, transformer, transporter, communiquer, et ainsi de suite.

Elles vivront toujours dans le bonheur après cela.

Extrait du Manuel d'Architecture Naturelle,

de David Wright (1979 - ed. Parenthèses)